Découverte





Sélection provisoire
Mode d'emploi sonorisé
Vous êtes artiste
inscrivez votre site
VIGORIE François
DEVILLE Claire
www.claire-deville.com
AGUERRE Ttitto
CAMPANA Eugénia
JAQUET Alain
TIHAY Daniel
REVERSEAU Sandrine
DEVILLE Claire
www.claire-deville.com








Classification : A100-A520-B230-B270-C210-D130-D160
Le texte explicatif associé à chacun des quatre critères analysés (A - formalisme, B - matérialité, C - investissement, D - communication) positionne l'oeuvre de l'artiste dans l'histoire de l'art en rappelant éventuellement les courants artistiques auxquels elle se rattache, ou les noms des artistes illustres s'étant exprimés dans une approche voisine.

A : FORMALISME
Le premier critère porte sur le formalisme de l'oeuvre : que voit-on quand on regarde une oeuvre, quel type de formalisation se donne à voir de prime abord ? Est-ce plutôt abstrait, plutôt figuratif, plutôt..., etc (classé du plus "abstrait" au plus "réaliste").?
A100 : non formalisables + oeuvres éphémères, "constats"
car jouant sur la lumière, les sons, les odeurs, l'éphémère, … Plus généralement ; toute intervention ne restant que sous forme de "constat" (empaquetages de lieux par Christo, vente de "pots de fleurs" par J.P. Raynaud, "conférence" de P.A. Gette, James Turell, Bill Viola,…).
A520 : "Mixed media"
Addition de formalismes divers. Rencontré plutôt chez les jeunes créateurs fin XXème / début XXIème, et allant souvent de pair avec les "Installations" (Jason Rhodes, Rirkrit Tiravanija, ...).


B : MATERIALITE
Le second critère porte sur la matérialité de ce qui est donné à voir. S'agit-il de pur concept, de jeu de matières, d'objet détourné etc. (classé du plus "immatériel" au plus "réel") ?
B230 : en matérialité structurée, combinaisons structurées
combine indifféremment lignes, couleurs, matières ou volumes de façon plutôt structurée (Michail Heizer, Anish Kapoor, Miguel Barceló, ...).
B270 : "mixed materials"
addition de matérialités diverses, rencontrée plutôt chez les jeunes créateurs fin XXème/début XXIème (p.ex avec "l'Esthétique relationnelle"), et allant souvent de pair avec les "Installations" (Fabrice Hybert, etc., etc., ...).


C : INVESTISSEMENT CORPS / ESPRIT
Le troisième critère porte sur « l'investissement » de l'artiste dans son oeuvre. Avec quel ratio Corps / Esprit, l'artiste s'investit-il dans son oeuvre ? Classé du plus "intellectuel" (p.ex. "l'Art Conceptuel", ...) au plus "physique" (p.ex. le "Body Art", ...).
C210 : divers
ratio non classable dans les catégories précédentes.


D : COMMUNICATION
Le quatrième critère porte sur l'aspect « communication » : L'artiste a t-il une volonté délibérée de communiquer à travers ses oeuvres un message quelconque ? (classé du plus "spiritualiste" au plus "sociétal").
D130 : via le signifiant
en partant du principe que les travaux sur les signifiants forment en eux-même un discours assumé (par exemple: "les châssis" de Daniel Dezeuze, etc., etc., ...) par ses variations de réalisation :
- sérialité, multiplication (Claude Viallat, Niele Toroni, "figurines" de Antony Gormley, ...).
- accumulation, compression (J. Chamberlain, Arman, César, ...).
- subtilités, variabilité des matériaux ("les blancs" de Rober Ryman ; les dissolutions de "matière / vie" comme chez Roman Opalka ou chez On Kawara, ...).
D160 : via le signifiant
en partant du principe que les travaux sur les signifiants forment en eux-même un discours assumé (par exemple: "les châssis" de Daniel Dezeuze, etc., etc., ...) lorsque l'objet est signifiant en lui même
(de la "Fountain" de Marcel Duchamp à la boite de "Merda d'Artiste" de Manzoni, ou des sculptures de Jeff Koons, Murakami, Damien Hirst ...).